Encore une petite excursion en Guyane, en direction des marais de Kaw !

P8270971

P8271053Le marais avec sa rivière principale

Ces marais appartiennent à la réserve naturelle de Kaw Roura. Cette zone se trouve dans l'Est de la Guyane. C'est une zone de savane inondée, ce qui n'est pas surprenant au vu du l'humidité guyanaise. Les niveaux d'eau varient jusqu'à 5 m entre saison sèche et saison de pluie. C'est un marécage de savane flottante.  Pour accéder au marais, et surtout à la rivière de Kaw, au milieu des marais, il faut prendre la route jusqu'à Roura puis suivre une route sinueuse de 53km jusqu'au débarcadère.

Plusieurs prestataires proposent de faire la visite du site, avec différentes formules. J'ai pris pour ma part la plus classique: le circuit caïman 14h-22h. Si ça interesse, il faut aller ICI, il y a toutes les infos et une liste assez complète des prestataires..

La balade s'est effectué à bord d'une coque alu avec un guide très sympa et intéressant. Nous avons dejà découvert la faune et la flore qui nous entourent avant de prendre la direction du village de kaw. Nous avons visiter le village (j'ai eu un peu l'impression de faire du voyeurisme auprès de la 30aine d'habitants qui voient des visiteurs chaque jours) et nous avons pris un jus de fruit frais de fleur d'hibiscus. 

P8271003 2     P8271015

L'école du village avec un cacaoyer sur la droite. Une fleur d'hibiscus.

La végétation principale est composé de :

-Moucou moucou: c'est une plante parasite qui n'était pas présente il y a 30ans et qui tend à prendre la place et prendre le pas sur la rivière. Ses fleurs ont la particularité de produire de la chaleur par thermogénèse. Sa sève est particulièrement urticante.

-Jasinthe d'eau: cette plante crée de réelle tapis flottant, elle est en génrale consomée par les lamentins. La diminution des lamentins induit une augmentation du nombre de cette plante à la tendance dejà invasive. Ces fleurs sont très belles, mais cette plante en trop grande quantité diminue la lumière et créer des déséquilibres de la faune aquatique.

-Riz sauvage

Durant tout le voyage le guide nous a décris les oiseaux, nous a rapproché d'eux et expliquer leur mode de vies. Il nous a parler entre autre : 

- des Jacanas noirs, c'est une poule d'eau de couleur marron. Le rôle de la femelle dans cette espèce est plus sympa que celui de l'homme. Elle doit péreniser l'espèce, de ce fait dès qu'elle a pondu les oeufs, elle va vers un nouveau mâle pour de nouveau recommencer. Elle charge le mâle de faire le nid, de couver les oeufs, d'éléver les oissillons, de les balader ect..

P8270985

Petit Jacana noir devant des plants de moucou moucou.

- des Martins pecheurs vert et à ventre roux. Celui à ventre roux est le plus gros de Guyane.

 P8270975

Martin pècheur à ventre roux dans les moucou moucou

(on observe le niveau de l'eau de la saison des pluies, limite entre la souche blanche et maron)

- de la Grande aigrette blanche: elle peut atteindre quasiement un mètre. C'est une espèce que l'on peut retrouver partou à travers le monde.

P8270983

Grande aigrette blanche avec en 1er plan des jacinthes d'eau

- du Cacique cul jaune est un oiseau qui fabrique des nid en forme de chausettes. Ces oiseaux rassemblent leur nids pour éviter les attaques, les nids anciens et les plus récents se confondent autour des mêmes branches. Il se regroupent autour d'un nid d'abeille qui les protège des agressions.

P8271007     P8271010

Un cacique et leur nid aux formes très particulières.

- de la Sturnelle militaire qui porte ce nom du faite des petites taches au bout des ailes qui rapelle le grade des militaires. Il estappellé rouge gorge en créole, mais il est bien plus gros que le rouge gorge metropolitain.

P8270991

Une sturnelle militaire

- du Héron cocoï, c'est le plus grand d'Amérique du Sud. Parmis ces proies on retrouve les petits caïmans.

P8271041

Un héron cocoï

- du Héron Strié qui est un véritable pecheur. En effet, il se sert d'une de ces plumes ou d'insecte pour appater les poissons, il sait aussi les attiere par le mouvement en remuant la surface de l'eau.

- des Tyran quiquivi  et Tyran mélancolique qui chassent les cormoran ou les charognards (bien plus gros que lui) par des coups de bec. Une fois qu'il a délogé l'animal il le suit jusqu'à loin à coup de bec dans le cou pour être sure qu'il soit réellement parti. Ce type de comportement, pour défendre son territoire, explique son nom de tyran. Le quiquivi est lié à son cri "Ki KI VUIII". Cet oiseau se retrouve même en ville, à Cayenne. 

P8271029 (2)

Un tyran mélancolique en pleine attaque sur un milan des marais

(merci de la correction apportée par Renaud, notre très bon guide)

P8271025

Des cormorans en vol

Pour ceux qui aime les belles images d'animaux, et qui veulent découvrir la faune de Guyane je vous conseil le blog de Murinus. Ses photos mettent vraiment les animaux en valeur. 

Nous avons aussi vu les zebus et un lezard anaconda. On a aperçu également un nid de caïman, c'est en ce moment la pleine période de ponte. Ils font un nid dans lequel ils enfement les oeufs. La mère ne couve pas, mais surveille et reste toujours à proximité.

P8271039

La tête du lézard anaconda

P8271045

Nid de caïman

Apres l'apero offert par notre guide, nous avons fait une petite session pèche pour voir les pirahnia ou piraï. Nous avons pris nos pic niques face au coucher de soleil.

P8271049

P8271050

Vues depuis le carbet ou l'on a pic niquer

Après tout ceci, la nuit tombée, nous sommes repartis en direction du débarcadère à la recherche de caïman. La nuit, ils se trahisent par leurs yeux rouges. Les fleurs de nenuphares se sont ouvertes en même temps que la nuit est tombée. Elles sont très odorantes, c'est agréable, un peu acidulé et frais.

P8271057

Nenuphare en fleur

On a observés beaucoup de caïmans à lunettes, et surtout des petits (2 à 3 ans). Le guide nous a fait prendre un petit et nous a appris à en attraper un soit même dans la savane, la technique c'est: "d'un coup, par le cou". On a découvert le caïman sous toutes ses coutures (deux paupieres protectrices, aerodynamisme des pattes et de la queue, comment repérer les 2 vagins ou 2 pénis du caïman...). 

P8271060

Petit Caïman à lunettes

P8271064   P8271068

La machoire du caïman à lunette et son aérodynamisme pour nager dans l'eau

Puis, nous avons réussis à voir des plus gros. On a eu la chance de voir un caïman noir (les plus grands des caïmans) d'un mètre 20. Une fois montée sur le bateau c'est assez impressionant.  Les caïmans ne sont pas agressifs, ils se laissent faire (les petits, les gros ont envie qu'on les laisse plus rapidement). A la différence des crocodiles, ils n'attaquent pas l'homme (sauf pour se défendre).

P8281072  P8281074

Le caïman noir

Dans les marais on trouve aussi des caïmans rouges et gris. On a observés des Cabiaï. Ce sont des rongueurs, les plus gros du monde. Grâce à leur pattes palmés ils se déplacent aussi bien dans l'eau que sur terre.

Puis, nous sommes revenus au débarcadère pour finir notre belle journée. Merci encore à notre guide du jour !

 

"Un morceau de bois a beau séjourner longtemps dans l'eau, il ne deviendra jamais un caïman." Proverbe sénégalais