La Trace des Caps est une randonnée qui longe la côte est (atlantique) commence à partir de petit Anse Macabou au Vauclin et qui remonte de l'autre coté de la pointe Sud jusqu'à l'anse Caristan à St Anne (28km - 9h) (décrite en 2 parties: ici et la). Elle est considérée comme l'une des plus belles de Martinique. Des parkings sont amménagés le long de toute la randonnée pour couper en 4 ou en 5 ce circuit. Le circuit est classé niveau 1, il est donc accessible aux familles.   Pour se rendre à Petit Anse Macabou c'est assez simple, à la sortie du Marin prendre la N6 en direction du Vauclin. Il faut tourner àdroite après le cimetière, un panneau indique un centre équestre et Petite Anse Macabou. On est alors sur un chemin de terre, il faut continuer tout droit jusqu'au parking, ou l'on trouve la carte qui donne les différents chemins de randonné possible.

P9171383

La carte

Nous avons choisis de faire la proportion entre Macabou et Cap Macré: 7km. Il faut compter 2h30 en marchant tranquillement. Même sans les chaussures de rando, ce sentier est accessible. Il y a peu de dénivelé, peu de passage au milieu des roches, le sentier est bien balisé. Il ne faut pas oublier de l'eau et en quantité importante, une partie du sentier est ombragée (au depart), la suite est en plein soleil, en bord de mer. 

Pour commencer, un sentier qui monte et nous éloigne du parking. On surplombe une première fois la côte, on entrevoi Grande Anse Macabou.

P9171385

1ère vue sur l'océan antlantique

Le chemin nous amène alors dans une "forêt". Ce n'est pas une forêt dense, c'est une mangrove (rien à voir avec celle de Guyane). On apercoit des arbres avec des fruits semblables à des grappes de raisins (qu'on appelle en faite drupe ou raisin de mer), ces arbres sont des raisiniers bord de mer. On entend également au fur et à mesur de notre passage des bruits dans les herbes autour. Rien de bien inquietant, ce sont des bernards l'hermite, appelés soldat en martinique, qui se refugient dans leur coquilles. Ils sont nombreux, de tailles très différentes, du demi centimètre jusqu'à la douzaine de centimètre.

P9171389

La forêt, une vue des raisins d'eau et d'un gros bernard l'hermite

Le long de cette forêt on aperçoit par moment la plage que l'on longe. C'est la plage de Grand Anse Macabou. Elle semble vierge, elle est vide, et ça donne très envie d'en profiter pour s'y baigner.

P9171391

P9171407

Balisage jaune et accès à la plage

P9171401

La plage de Grande Anse Macabou et la pointe séparant Petite et Grande Anse Macabou

On est entouré de verdure, c'est ensoleillé et très agréable. Après avoir été juste en bord de plage, on est en bord de falaise, puis de nouveau au bord de l'eau, au milieu de galets. Le paysage change, avec le côté plus sauvage des roches.

P9171414

Sans titre

La fin de la Grande Anse Macabou, plus sauvage

On arrive à l'étang Massel qui se jette habituellement dans la mer. C'est un étang d'eau mi douce mi salé.

P9171422
L'étang Massel

On continue le chemin en direction de la Pointe Marie Catherine ou ce situe une petite chapelle du même nom ou chapelle de la Vierge des marins. Le sentier monte légèrement, jusqu'à la chapelle. On trouve au long de ce chemin plusieurs cairn. A l'intérieur de la chapelle, on trouve de nombreux cierges allumés. C'est aussi l'occasion d'admirer le panorama.

P9171428

Grand macabou, un cairn, et la chapelle

P9171430

Avant de repartir de la pointe Marie Catherine, vue sur la plage de l'Anse Grosse Roche

Le sentier nous fait redescendre sur la plage de l'Anse Grosse Roche. C'est un véritable appel à la baignade. Elle est déserte. Il faut obligatoirement marcher pour rejoindre cette plage donc seul les courageux auront le droit à ce plaisir d'avoir un endroit si idyllique. Dans la mangrove, il y a différent petit "coin" ombragé où l'on peut s'arreter. Nous en avons profité pour couper un coco et boire de l'eau de coco (l'un des liquide les plus hydratant qui existe), un moment de repos avant de repartir.

P9171441

Plage de l'Anse Grosse Roche

Et au bout de cette plage, on a la surprise d'arrivée sur cette grande roche dans laquelle un coeur est gravé. Romantisme de la nature, ou travail de l'homme ?

P9171440

Roche creusé d'un coeur

En continuant, on remonte encore un peu, on repasse sur les falaises, avec leur cactus.

P9171450

Quelques cactus sur la côte

On redescend vers la mangrove, avant d'arrivé à la plage du Cap Macré. Elle est plus large, on peut plus facilement y poser serviette et affaires pour ceux qui souhaite faire bronzette. C'est ici, que se termine notre balade.

P9171457

Plage du Cap Macré

Ce fut une rando vraiment très sympa pour accéder à des plages intacts, sauvages et de beaux panoramas. Je conseille vivement, c'est facile, et on en prend plein les yeux ! Et n'hésitez pas à prendre les maillots pour gouter l'eau, et ce dès que l'envie vous prend. Nous avions décidés d'attendre le retour (on voulait pas repartir mettre une 2e voiture à l'arrivée), pour se baigner, mais le temps s'était un peu couvert, et la fatigue a pris le dessus sur les envies de baignade.

 

"Quel est le plus profond, le plus impénétable des deux: l'océan ou le coeur humaine ?" Isidore Ducasse, comte de Lautréamont