Me revoilà ! Après de nombreuses semaines d'attente, (j'étais très occupée) je reviens sur mes vacances en Martinique, pour m'évader un peu avant de repartir en Guyane ! Reprenons par le rhum :) !

 La Martinique, ça fait penser au rhum, avec ses nombreuses marques: Clément, Bally, Depaz, JM, Dillon, La Favorite, La Mauny, St Etienne, Neisson, St James, Trois Rivieres. C'est quasi incontournable en Martinique. Toutes les visites sont gratuites sauf chez Clément.

Nous avons profités d'un jour pluvieux pour aller voir 2 distilleries: Depaz et Neisson, toutes les deux au nord-ouest de l'île.

DEPAZ NEISSON locaux

A gauche les locaux et logos de Neisson, à droite ceux de Depaz

DEPAZ

Depaz

Les rhums martiniquais sont pour la plupart des rhums agricoles c'est à dire issu du jus de canne directement à la différence du rhum traditionnel qui utilise la mélasse, produit issu du jus de canne dont ont été extraits les sucres cristalisables pour faire du sucre. 

Neisson est la plus petite distillerie familliale de Martinique. Ses plantations sont situés entre St Pierre et le Carbet.  Depaz est au pied de la Montagne Pelée.

P9181554

La Montagne Pelée et le chateau du domaine Depaz (qui se visite également)

Les récoltes s'effectuent entre fevrier et juin. Le rhum nait d'une sucession d'étapes.

1ere étape: pesée

La canne

Le convoyeur amène la canne. Un grappin saisit les cannes puis les dépose sur le tapis roulant qui les acheminera vers les machines.

2e etape: broyage

La canne est d'abord coupé en troncon et defibré par un shredder. Elle est ensuit broyée dans 4 moulins successifs (dont deux Mariolles-Fives-Lille de 1937 à Neisson) pour en extraire le maximum de jus, nommé le vesou envoyé en fermentation.

P9181558

Ce sont les éléments qui écrase la canne.

La canne broyé est nommée bagasse. Elle est utilisé comme combustible (et engrais en fin de campagne). Elle produit de la vapeur, pour l'alimentation de la chaudière à vapeur, pour les colonnes à distiller et pour l'energie de la distillerie.

machine a vapeur depaz

Machine à vapeur de Depaz

P9181473

Roue à vapeur chez Neisson

3e étape: fermentation

Des levures sont introduites avec le jus, elles permettent de transformer le sucre en alcool, en 72h nous obtenons 4,5 degrés d'alcool. Chez Neisson on trouve 8 cuves de 23000 L.

4e étape: distillation 

Cette étape se réalise dans une colonne Savalle (du nom de l'ingénieur inventeur du système) en cuivre. Le vesou arrive par le haut, il s'ecoule plateau par plateau. La vapeur sort du bas. La vapeur réchauffe le vesou, par ce rechauffement l'alcool monte dans la colonne avec les autres composés volatils. On réalise alors une condensation des vapeurs. Après titrage, on mesure entre 65 et 75 degrés d'alcool.

colonne a distiller

Les colonnes respectives de chaque distillerie

P9181572

Elements qui composent la colonne:

  • à gauche c'est la partie qui sera au dessus depuis laquelle le liquide sort
  • à droite c'est la partie qui sera dans le fond de chaque "cuve" que compose la colonne, c'est à travers chaque "buse" que sort la vapeur.

5e étape: maturation 

Elle s'effectue dans des foudres en inox de 200 hectolitres pendant au moins 3 mois.

P9181498

Les cuves inox de 200hL, de Neisson

Salle dans laquelle il est inscrit au sol "z'épol karé" en référence à la forme des bouteilles

Par la suite il peut ou non y avoir un viellissement. Si tel est le cas, le rhum blanc est mis en barriques de chêne de 180 à 200 litres pour une durée minimale de 4 ans pour devenir du rhum vieux.  Le rhum blanc peut aussi être mis en foudre de chêne, pour une durée de 18 mois pour obtenir du rhum dit Elevé Sous Bois.

P9181482

Barrique en chêne et bouteille de Neisson

6e étape: réduction et assemblage

Le liquide est amené entre 50 et  55°, par coupage avec de l'eau, puis on selectionne les meilleurs crus en les dégustant, pour les assembler dans le but d'obtenir l’équilibre idéal des différents arômes.

7e étape: embouteillage

(rincage rhum, remplissage, capsulage scellé et etiqueté) 

embouteillage

Zone d'embouteillage de Neisson, dans leur bouteille au "z'épol karé"

 

Pour Depaz : 250hectares de cannes récoltés en 5 mois, 250 tonnes broyés par jour, 25000 L de rhum produit chaque jour.

Un petit regret pour nous, nous ne nous sommes pas arrêtés au restaurant de Depaz : le moulin à cannes. Les restaurants à St Pierre nous ont déçus juste avant, et nous pensions à un attrape touriste pour celui ci. Sans avoir testé, le cadre est chouette et la carte à l'aire bonne.

P9181548

Restaurant le moulin à cannes.

 

La visite des deux distilleries est interessante. Elle se fait librement, avec une fiche d'explication et des panneaux le long du circuit. La visite se poursuit par une dégustation d'un ou plusieurs de leurs rhums. Je porte ma préférence pour Neisson à ce niveau là, quoique le Depaz élevé sous bois, leur rhum doré est bon aussi. A vous de juger !

Pour plus d'info les liens des site de chacune des distilleries : Depaz et Neisson.

 

"Le rhum n'est pas un vice, c'est une manière de survivre." H.Emingway